samedi 16 juin 2007

Pomme non traitée

Live blogging from Caen. Week end chez une de mes plus vieilles amies. Dans la vie, elle enseigne à Honfleur. Commence invariablement ses cours par un tonitruant : "Salut les bulots ! on s'réveille ! ô joie ! ô bonheur ! 2 heures d'histoire et l'explication du problème de zizi de Louis XVI". Dans la vie, elle est pareille. Parfois pire. C'est impossible de ne pas l'aimer. Le week end, elle se taille fissa : "Hey, j'ai pas quitté Paris pour me taper les parigots le week end hein !". Du coup, elle fait comme les normands, elle va à Lion, à Luc... dans les ptits villages de beaufs de la côte. Beaufs version normande. C'est-à-dire moins vulgaires que simples, et plus matérialistes que méchants. Parfois surprenants. Par exemple, ce week end, la fanfare jouait sur la place du Petit Enfer, entre deux averses. Le djeune à l'accordéon et le vieux à la guitare électrique. Le tracteur de plage en fond sonore et le graillon de la baraque à frites qui imprègne tes vêtements trempés. A la fin, ça guinchait presque. En revenant, je sais plus pourquoi, on parlait de la mort. Toujours pragmatique, cette fois, ma pomme m'a clouée. "Etre enterré, c'est pas une solution, ça prend de la place, pis on y va jamais sur les tombes. Nan moi, je sais ce que je veux : mes organes, enfin ceux qui restent, à la science, et le reste, proprement incinéré, en engrais. Pour un rosier... Autant que ça serve !"

Dans le titre, y a de la pomme mais pas que...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Se faire incinérer n'est plus un péché. L'Eglise le veut bien depuis Vatican II. Mais alors, quid du jugement dernier ?

Alan a dit…

Parlant de rosier, des qui doivent tirer une gueule flétrie, avec l'incinération qui marche du feu de dieu, c'est les fleuristes. Pigeonnés par les colombariums, ces chéris.
A part ça, causer camarde en se radinant de la place du Petit Enfer, ça se défend.

La Thilde a dit…

A est revenu ! La vérité, ça fait plaisir !