mardi 28 août 2007

Je ne suis pas gentille

Je suis même très très méchante. Aujourd'hui, rien à lire donc. Circulez. Il n'y a aucune espèce d'information ici. Juste un sentiment. Et ça se mange pas en salade. J'étais partie pour vous livrer un billet acide intitulé "Le syndrome du scout ou le coup de l'authentique". Avouez que ça promettait. D'aucuns pourront témoigner que ma plume, quand trempée dans une encre vengeresse, généralement fait mal, à défaut de toujours faire mouche. Oderint dum metuant, etc. Rien de très glorieux mais enfin quoi ça détend. Mais maman, ma petite maman, qui eut vent de l'affaire, qui lit en moi comme dans l'almanach Vermot, me dit : non ma Thilde on ne lave pas son linge sale sur la place publique. Ce n'est pas dans l'étiquette de la bonne éducation au charme discret que ton père et moi se sommes escrimés à t'inculquer. Ma Thilde, en terme de discrétion, tu repasseras. Déjà, étymologiquement, et ça n'a rien à voir avec l'alcool, ça veut dire "forte au combat". Alors. Mais, oui, maman, naturellement vous avez raison. Pourtant c'est d'un argument plus retors que vous me tenez captive, de mon déterminisme familial, quand vous me chantonnez, bottine plus très secrète après 25 ans de bons et loyaux services, le couplet sur ce que vous nommez "la hauteur d'âme". Là, je marche à tous les coups. Je me ferais même marcher dessus avec le sourire aux lèvres par "hauteur d'âme". Alors. Alors, je range ma cape de Zoro et mon épée de Cyrano. Et je fais comme les vrais rockeurs, je casse ma guitare*. And f.... the scout. Au sens très noble du terme.

(* my bro is a rocker)




Mais, dans mes souvenirs, perchée sur les épaules de papa, le monde était quand même moins mesquin. Il est où le SAV ?

5 commentaires:

JL a dit…

Rien à voir ... mais mon neveu adore ta boîte à meuh. Samedi, nous allons passer la journée sur le retrouved time !

Frédérique a dit…

j'en rajoute : les bonnes actions sont toujours récompensées, y compris d'éviter d'en faire de mauvaises!
pour le sav : y a pire, celui de conforama par exemple (voir m3 pour plus amples explications cinglantes)

alabama a dit…

Ce qui est harassant, à commenter sur le blog d'une pisteuse d'IP dans ton genre, c'est qu'on peut même pas s'esbigner discretos sur Google pour traduire tes latineries sans craindre de se faire pécho en flag'.
Qu'importe.
Etant moi-même poursuivi par une harde de scouts scandalisés par un article supposément calamiteux (chez eux, on ne Baden pas avec l'humour, ai-je appris, surtout avec les EdF, avec qui le courant n'est décidément pas passé), je suis preneur de toute information supplémentaire sur les partisans du port du foulard. Mais sans doute le syndrôme sus-nommé n'est-il qu'une métaphore, une image, une allusion qui concerne autant les vraies scouts que ce commentaire est pertinent. C'est dire. Pis j'ose pas faire une recherche Google sur le syndrome de scoutolm. Voir ci-dessus.
Quand j'étais gamin et que mon père me reposait sur le sol après m'avoir pris sur son dos, je m'écroulais systématiquement, les jambes coupées. Mes parents ont toujours cru que je simulais pour remonter sur le dos de ma bête de somme (incroyable comme les parents se font systématiquement des idées quand on est sincère, et vice-versa), mais non, j'avais vraiment la circulation des guiboles coupées. A moins que... En te relisant, je me demande si ce n'était pas le retour à la terre ferme et au monde réel, après les cîmes rassurantes du belvédère paternel? Ou pas.

alicante a dit…

C'est chiant la modération des commentaires... T'avais tant de déclarations d'amour spamesques que ça qui floodaient ce blog douillet?
LA THILDE JTE KIFFFFFF TRO BI1 COMMEN TECRIT LOL, ça passe ou pas? Par exemple, hein?

La Thilde a dit…

Vraiment parce que c'est toi Al ! ravie de voir que le ptit bégonia a passé l'été ! Laisse tomber la scout story, un fort regrettable dérapage estival, sous couvert de joyeuses métaphores. Rien de grave, un feu de camp c'est pas fait pour durer.