jeudi 8 mars 2007

C'est la poule qui philosophe

Pour la journée de la femme, Simone Weil se rallie à Sarkozy. Merci. Non, c'est trop. Côté masses, je veux dire côté télé, c'est révélateur : pas de soirée spéciale mais un choix subtil qui balance entre Police scientifique, Bond, appelez-moi Bond et ce documentaire programmé par Arte sur des femmes albanaises qui décident de vivre en hommes. Heureusement, il reste quelques exceptions.
Et puisque selon l'adage du titre (ne me demandez pas avec qui je traîne passées 22h)... une idée que j'ai eu ce matin en me rasant (libération de la femme oblige) et que je vous livre en vrac : et si la démocratie ne valait que parce qu'elle donne l'impression au peuple de gouverner, garantissant la paix sociale et le renouvellement, artificiel mais nécessaire, des chefs. Comme si on ne savait pas depuis longtemps qui sont ceux qui nous gouvernent. Cf cette série anglaise sur les haut-fonctionnaires et leur influence au long cours... (en lien, aujourd'hui, rien à voir : la Suisse envahit le Liechtenstein)


2 commentaires:

James a dit…

J'aimerais pouvoir ajouter de l'eau à ton moulin mais force est de constater que de ce côté ci de la Manche, les grands corps deviennent des petites rivières... Je crois que la décentralisation va dans le bon sens de ce côté, les pouvoirs politiques locaux étant en général plus stables que les gouvernements en place, permettant un meilleur équilibre entre corps administratif et corps politique.

A quand la version française de Yes Minister?

La Thilde a dit…

Merci de rentrer dans le fond du sujet James ! (C'est peut-être ça l'amitié des âmes. Quoi qu'en pensent les moralistes.)