mardi 17 octobre 2006

Les Veuves de Varda


Promis : demain, on rigole. Aujourd'hui, on va encore pleurer un peu. Mais si, ça fait du bien... D'abord parce que le sujet s'y prête plutôt pas mal, ensuite parce que vous avez tout loupé.
Les Veuves de Noirmoutier, c'est une installation vidéo d'Agnès Varda, qui était visible jusqu'au 8 octobre (la semaine dernière, ouais) à la Fondation Cartier. Le clou d'une expo qui réunissait cabane de pêcheur en pellicule de film, passage d'une salle à l'autre selon les marées, jeu musical avec Berbard Lubat sur matelas mneumatixte et table de campaing. Bref, une des expos les plus sympas de la rentrée.
Comme un malheur ne vient jamais seul, vous avez certainement manqué aussi le film inédit qui passait hier sur Arte (oui, encore) avec des inédit(e)s et un montage qui fait lacrymalement ses preuves. Les gros mots sont encore là : l'absence, la maison vide, le lit glacé. Et le pire, celui qui étrangle la gorge, "veuve". Celle qui ne parle pas, assise sur une chaise face à la mer, vous regarde sous sa frange et commence à chantonner... Démons et merveilles
"Et toi comme une algue doucement caressée par le vent..." C'est Agnès Varda, la veuve Demy.

Sinon, vous faîtes quoi le 22 à 1h50 ? Arte vous fait une fleur : redif.

"En effeuillant le chrysanthème, qui est la marguerite des morts..." Un coup sur ma terrasse à qui trouve l'auteur de cette phrase !

6 commentaires:

abrafoutre a dit…

Brassens ?

La Thilde a dit…

Tu l'as googlisé ou tu connaissais vraiment la réponse ?

Joshua Abraham a dit…

Bien sûr que j'ai googlisé.
Mais bon j'ai quand même gagné, c'est tout ce qui compte !

La Thilde a dit…

j'avais oublié de préciser : lire l'asterixme "offre valable jusqu'à ce soir minuit !" (dommaaaaaaage)

Anonyme a dit…

J'attends demain pour rigoler!

James a dit…

Je crois queL'Académie Française suggère jumellé à la place de googlisé. Sinon je reconnais bien là l'abrafoutrix, magnanime, qui gagne une course et ne va même pas sur le podium récupérer sa médaille...