vendredi 8 juin 2007

La culture dans les coins

Vous n'aurez pas été sans noter que le contenu du Retrouved s'émancipe quelque peu du sérieux qui le caractérisait jusqu'alors pour flirter avec un sentimentalisme de la pire espèce. Un mauvais goût que je ne saurai justifier sans invoquer la rumeur qui laisserait accroire que l'auteur de ce blogue serait méchamment in love ces temps-ci. Rien de grave. Mais bon, ça déteint forcément un peu sur le reste.
Brèfle. Comme, en plus, ça nous fait un sujet de conversation croustichoc avec mes désormais "chers" collègues, j'en profite, j'en rajoute, je cabotine. Dans la rubrique "complicité à la machine à café", une brillante idée a surgi ce matin quand l'une d'entre nous a évoqué le fait que les musées, en amoureux, c'est surtout une occasion de se pécho autrement qu'à l'horizontal : un top ten s'imposait.

And so... the winner is :

1. Branly, ses recoins sombres, ses phallus de tous les continents 2. Le sous-sol de la MEP, calfeutré, pierres apparentes, oeuvres incompréhensibles 3. Beaubourg, ses salles vidéos tout confort ; également le bar, un peu hors compétition et pas du tout démocratique 4. Carnavalet, beaucoup de salles, pas toujours autant de surveillants 5. Le musée Picasso, son joli jardin au coeur de Paris, pour s'offrir l'éternel débat sur la subjectivité du regard 6. Le Lourve miédéval, le trouble face au poids de l'histoire, le contact de la pierre rugueuse... etc 7. L'Institut océanographique, c'est bien simple, il n'y a presque rien à voir et pas l'ombre du bonnet d'un Cousteau 8. Le musée de la Marine et ses énormes colonnes (au sous-sol) 9. Jacquemart André et ses expositions romantico-solubles 10. Le musée Guimet, entre sabres afghans et statuettes indiennes, on s'y perd à une vitesse affolante

Ce billet est contributif : vous êtes invités à donner votre avis comme dans un jury populaire.

(En lien dans le titre, ce blogue hilarant, pour qui goûte l'humour des dossiers de presse, sur la nouvelle campagne d'une lessive qui miaule.)



6 commentaires:

Nono a dit…

Je pense, sans trop vouloir m'avancer, que tu pourrais aussi tenter, pour tes aventures érotico-culturelles, la Conciergerie, comme déjà évoqué en un autre lieu.
Et même, si tu veux en plus peloter ton partenaire dans un lieu parfaitement non indiqué pour cela, pourquoi ne pas envisager la Sainte-Chapelle attenante? A l'érotisme dû à la crainte de te faire surprendre viendrait en plus s'ajouter le bon goût du péché.
J'imagine aussi qu'un endroit tout indiqué pour ce genre d'activités doit être le musée de l'érotisme. Enfin je suppose.

Julie toulouse a dit…

Toujours aussi... toi ! Je ris. Je te souhaite donc joliment in love..

Anonyme a dit…

Hummm... et comme dirait Toto, la Terre est ronde, et pourtant, ça..."biiiippppp" dans tous les coins! Et des coins dans un musée, il y en a partout, pourtant...

Anonyme a dit…

Il y a aussi les jardins du Palais-Royal et ses ombres de la pré-révolution, en plus vulgaire le palais de la bourse, aussi l'Institut de France (puisqu'il a pris la place de la sulfureuse tour de Nesle), enfin ça ne manque pas à Paris ..

La Thilde a dit…

Palais Royal, c'est pas un musée ! mais bon avec les colonnes de Buren, ça peut passer... L'Institut de France, à moins de se tapper un académicien... et je sais pas si ça laisse un souvenir immortel !

Anonyme a dit…

Un académicien ? Le souvenir peut en être immortel, mais pas dans le sens agréable ...
Sinon, y a le musée Grévin : il suffit de ne pas bouger (moui, ce n'est pas l'idéal) et on est pris pour des cires. Aussi le Père Lachaise, émotions garanties la nuit tombée, et puis le musée de l'homme, on y fait ce qu'on veut puisqu'on fait par définition partie intégrante du musée et que les visiteurs n'y verront qu'une expo de plus...